Prendre une décision éclairée

Donner la priorité aux patients

Prendre une décision éclairée

Donner la priorité aux patients

Pour chaque patient, le professionnel des soins de santé en qui il a confiance est son dernier moyen de défense contre des demandes d’AMM précipitées, mal informées ou irrégulières.

 

La relation entre le patient et le professionnel des soins de santé est un aspect essentiel de l’orientation des patients dans le système de soins de santé. Ce rôle essentiel est compromis par des règles bureaucratiques dont on peut se passer. Ce n’est pas dans l’intérêt du soin des patients.

Par suite de l’adoption du projet de loi C-7, les gens qui ont des handicaps, des maladies chroniques et des problèmes de santé mentale seront admissibles à l’AMM. Beaucoup de professionnels des soins de santé se préoccupent de ce que leurs patients, surtout s’ils sont vulnérables, choisiront l’AMM ou seront forcés de la subir à cause du capabilisme ou du manque d’options, de réseaux de soutien social ou de services accessibles. Avec les bons soutiens, le patient peut surmonter son désir de mettre fin à sa vie. Des pressions injustifiées ou de mauvais renseignements peuvent amener des patients à prendre des décisions qui ne sont pas dans leurs meilleurs intérêts.

Dans un sondage réalisé en juillet 2021, 85 % des gens de l’Ontario ont été en faveur d’une loi permettant aux professionnels des soins de santé de refuser de participer à l’aide médicale à mourir. Voyez les résultats complets du sondage ici. La loi proposée garantirait :

  • que les professionnels des soins de santé peuvent refuser de participer à l’AMM, soit en l’administrant, soit en prenant des dispositions pour que quelqu’un d’autre accomplisse ce service;
  • que les professionnels des soins de santé ont l’obligation d’offrir de l’information, sur demande du patient, sur Télésanté Ontario ou les services d’AMM à tout hôpital;
  • qu’ils peuvent discuter avec leur patient, avec son consentement, d’autres solutions que l’AMM;
  • qu’ils peuvent transférer entièrement les soins à un autre professionnel des soins de santé qui est disponible et veut offrir ce service;
  • qu’ils ne soient pas forcés de suggérer l’AMM à un patient avant que celui-ci ait décidé lui-même d’envisager ce choix.

70 % des répondants ont été en faveur de l’élargissement de l’AMM proposé par le gouvernement fédéral dans le projet de loi C-7. Bien qu’ils soient généralement en faveur du régime actuel de l’AMM, 85 % des répondants étaient en faveur d’une loi qui rendrait volontaire la participation à l’AMM. De fait, 40 % des gens de l’Ontario ont dit qu’ils appuieraient plus probablement un parti politique aux prochaines élections provinciales s’il avait proposé ou appuyé ce projet de loi. Pour des renseignements plus détaillés sur cette question, cliquer ici.

Veuillez proposer ou appuyer ce projet de loi, qui donne la priorité aux patients en rendant volontaire la participation à l’AMM.

Pour chaque patient, le professionnel des soins de santé en qui il a confiance est son dernier moyen de défense contre des demandes d’AMM précipitées, mal informées ou irrégulières.

 

La relation entre le patient et le professionnel des soins de santé est un aspect essentiel de l’orientation des patients dans le système de soins de santé. Ce rôle essentiel est compromis par des règles bureaucratiques dont on peut se passer. Ce n’est pas dans l’intérêt du soin des patients.

Par suite de l’adoption du projet de loi C-7, les gens qui ont des handicaps, des maladies chroniques et des problèmes de santé mentale seront admissibles à l’AMM. Beaucoup de professionnels des soins de santé se préoccupent de ce que leurs patients, surtout s’ils sont vulnérables, choisiront l’AMM ou seront forcés de la subir à cause du capabilisme ou du manque d’options, de réseaux de soutien social ou de services accessibles. Avec les bons soutiens, le patient peut surmonter son désir de mettre fin à sa vie. Des pressions injustifiées ou de mauvais renseignements peuvent amener des patients à prendre des décisions qui ne sont pas dans leurs meilleurs intérêts.

Dans un sondage réalisé en juillet 2021, 85 % des gens de l’Ontario ont été en faveur d’une loi permettant aux professionnels des soins de santé de refuser de participer à l’aide médicale à mourir. Voyez les résultats complets du sondage ici. La loi proposée garantirait :

  • que les professionnels des soins de santé peuvent refuser de participer à l’AMM, soit en l’administrant, soit en prenant des dispositions pour que quelqu’un d’autre accomplisse ce service;
  • que les professionnels des soins de santé ont l’obligation d’offrir de l’information, sur demande du patient, sur Télésanté Ontario ou les services d’AMM à tout hôpital;
  • qu’ils peuvent discuter avec leur patient, avec son consentement, d’autres solutions que l’AMM;
  • qu’ils peuvent transférer entièrement les soins à un autre professionnel des soins de santé qui est disponible et veut offrir ce service;
  • qu’ils ne soient pas forcés de suggérer l’AMM à un patient avant que celui-ci ait décidé lui-même d’envisager ce choix.

70 % des répondants ont été en faveur de l’élargissement de l’AMM proposé par le gouvernement fédéral dans le projet de loi C-7. Bien qu’ils soient généralement en faveur du régime actuel de l’AMM, 85 % des répondants étaient en faveur d’une loi qui rendrait volontaire la participation à l’AMM. De fait, 40 % des gens de l’Ontario ont dit qu’ils appuieraient plus probablement un parti politique aux prochaines élections provinciales s’il avait proposé ou appuyé ce projet de loi. Pour des renseignements plus détaillés sur cette question, cliquer ici.

Veuillez proposer ou appuyer ce projet de loi, qui donne la priorité aux patients en rendant volontaire la participation à l’AMM.

COPYRIGHT © LES CANADIENS EN FAVEUR DE LA CONSCIENCE.
CERTAINS DROITS RÉSERVÉS.

Contactez-nous: admin@canadiansforconscience.ca